COVID-19 : où se renseigner avant de voyager dans l’espace frontalier ?

COVID-19 : où se renseigner avant de voyager dans l’espace frontalier ?

Publié par Thomas Bautz le mardi 2 mars 2021

Général Mobilités, tourisme et culture

COVID-19 : où se renseigner avant de voyager dans l’espace frontalier ?

Pour faire face à l’épidémie de covid-19, des États membres de l’Union européenne ont pris des mesures qui encadrent la libre circulation et limitent la mobilité des personnes. Nous proposons ici aux habitants du Grand Est et à leurs voisins européens, notamment aux frontaliers pour lesquels une adaptation des mesures peut être prise, une liste de sites Internet où se renseigner sur les règles actuellement en vigueur afin qu’ils puissent s’orienter pour obtenir une réponse rapide avant de se déplacer dans l’espace frontalier.

Les règles sont susceptibles d’évoluer rapidement, nous vous invitons donc à vous rendre régulièrement sur les sites des autorités concernées. Avant de voyager dans un pays de l’Union européenne, rendez-vous sur le site mis en place par la Commission européenne, avec des informations en temps réel sur la situation sanitaire et les conditions de mobilité dans les 27 pays de l’UE https://reopen.europa.eu/fr. Tout ce qu’il faut savoir sur l’épidémie du Coronavirus en France se trouve ici.

La Région Grand Est a mis en place un site pour suivre l’évolution de la Covid19 dans le Grand Est – Predict’Est. Frontaliers Grand Est a créé une Foire Aux Questions (FAQ) spécifique sur les circulations frontalières :  Frontaliers Grand Est

L’ensemble des catégories de voyageurs en provenance de la Belgique, du Luxembourg, d’Allemagne et de Suisse sont, sous conditions, autorisées à entrer sur le territoire métropolitain. Néanmoins, pour tous les modes de déplacement (arrivée par voie routière, ferroviaire, aérienne ou maritime), il est nécessaire de disposer du résultat négatif d’un examen biologique de dépistage virologique « RT-PCR COVID » datant de moins de 72 heures avant le départ.

Des dérogations possibles pour les frontaliers en provenance des territoires voisins du Grand Est

Sont exemptés de l’obligation du test obligatoire de 72h les transporteurs routiers et les travailleurs frontaliers des bassins de vie frontaliers dans un rayon de 30 km autour de leur domicile, à condition de disposer d’une attestation de déplacement pour pouvoir prouver cette situation. Attention : cette exemption ne s’applique plus aux frontaliers allemands se rendant en Moselle pour des raisons autres que professionnelles (ex. familiales) : ces personnes doivent désormais disposer d’un test négatif.

Cette règle des 30 km ne doit pas être confondue avec la zone de 20 km mise en place par les autorités belges : une personne résidant en Belgique à plus de 20 km de la frontière avec la France n’a pas le droit de venir faire des achats en France.

La Grande Région a référencé les sites utiles sur son site internet

Voyager entre le Grand Est et la Belgique

Voyager entre le Grand Est et le Luxembourg

Voyage entre le Grand Est et la Sarre, la Rhénanie-Palatinat ou le Bade-Wurtemberg

Voyage entre le Grand Est et la Suisse


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

30 ans de soutien aux industries cinématographiques et audiovisuelles européennes

Publié par Elena Jabri le vendredi 19 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

30 ans de soutien aux industries cinématographiques et audiovisuelles européennes

Le volet MEDIA du programme «Europe créative» de l’UE, visant à soutenir les industries cinématographique et audiovisuelle européennes, fête ses 30 ans en 2021. Pour marquer cet anniversaire, la Commission européenne a lancé une campagne de communication autour de ce programme ainsi que du lancement du nouveau volet MEDIA du programme «Europe créative», qui s’étend de 2021 à 2027 et dispose d’un budget de 1,4 milliard d’euros pour le sous-programme MEDIA.

La campagne se déroulera tout au long de 2021, principalement via les médias sociaux pour atteindre les jeunes et les professionnels de l’industrie.

Le contenu de la campagne sera axé sur 10 thèmes différents expliquant l’industrie audiovisuelle. Retrouvez plus d’informations sur la page web qui lui est consacrée.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Eurovignette : une négociation sensible sur les péages routiers

Publié par Elena Jabri le mardi 2 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

Eurovignette : une négociation sensible sur les péages routiers

Le 18 décembre dernier, le Conseil de l’UE (Etats membres) a adopté une position sur la révision des règles applicables aux péages routiers en Europe (directive Eurovignette). L’objectif de la directive est de réviser le système de financement des infrastructures du réseau routier transeuropéen, en appliquant le principe de l’utilisateur-payeur. Le Conseil souhaite laisser aux Etats la liberté de choisir entre plusieurs systèmes de redevance, une position présentant une grande flexibilité et très éloignée de la position initiale de la Commission européenne, mais aussi de celle du Parlement européen.

Les États membres souhaitent notamment :

  • maintenir les vignettes forfaitaires, sur la base de la durée (journée, semaine, mois, année) et non sur la distance parcourue ;
  • reconduire l’exemption de péage les camions de moins de 12 tonnes pendant huit ans ;
  • faire varier les redevances et les péages en fonction des émissions de CO2 des véhicules en continuant à appliquer une variation des redevances sur base de la classe Euro des véhicules existants;
  • rendre obligatoire une redevance pour les coûts externes des poids lourds (bruit, pollution de l’air) sur certaines parties du réseau ;
  • prévoir la possibilité de mettre en place une redevance à appliquer uniquement pendant les heures de congestion pour lutter contre les embouteillages ;
  • majorer les péages sur certains itinéraires sujets aux embouteillages.

Maintenant que les deux co-législateurs (Conseil de l’UE et Parlement européen) ont arrêté leur position, le projet de directive Eurovignette entre dans la phase de négociation interinstitutionnelle (« trilogue ») devant permettre d’obtenir un texte unique consensuel. La présidence portugaise du Conseil a ouvert le premier trilogue avec la Commission européenne et le Parlement européen le 29 janvier 2021, où représentants du Conseil et députés européens ont pu présenter leur position et expliquer leurs désaccords. Les positions entre les deux institutions étant très éloignées, la possibilité d’obtenir un accord politique d’ici la fin du semestre demeure peu probable. Conseil et Parlement européen sont néanmoins conscients des grands enjeux en termes de transport et d’environnement et que des progrès rapides sont nécessaires.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

2021 année européenne du rail : le transport ferroviaire mis à l’honneur

Publié par MEGESolene le lundi 1 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

2021 année européenne du rail : le transport ferroviaire mis à l’honneur

L’Année européenne du rail a débuté le 1er janvier 2021 afin de promouvoir les atouts du ferroviaire en tant que moyen de transport sûr et durable. Cette initiative vise à encourager les Européens à utiliser le rail, contribuant ainsi à l’effort de neutralité climatique d’ici 2050.

L’Année du rail sera marquée par diverses activités liées au chemin de fer en Europe, qui ont démarré le 25 janvier 2021 par la remise du Prix du chemin de fer européen, décerné au projet de train à hydrogène iLINT.

Le 29 mars 2021, un événement consacré au transport ferroviaire à Lisbonne lancera officiellement l’Année du rail, laquelle prendra fin en mai 2022 avec la clôture d’une exposition allemande sur l’histoire du design ferroviaire.

Découvrez l’initiative et les événements à venir sur le site internet dédié.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Coup d’envoi de la présidence française du Sommet de la Grande Région

Publié par Thomas Bautz le mardi 26 janvier 2021

Développement régional et urbain Mobilités, tourisme et culture

Coup d’envoi de la présidence française du Sommet de la Grande Région

Avec 11,7 millions d’habitants, la Grande Région, au sein d’un espace partagé de 65 401 km², à cheval entre 4 pays européens – Allemagne, Belgique, France et Luxembourg – est l’une des plus grandes régions de coopération transfrontalière d’Europe et un espace unique d’épanouissement de la construction européenne.

Grande Région

Cet espace rassemble les régions de Sarre et de Rhénanie-Palatinat en Allemagne, la Lorraine dans la région Grand Est, l’ensemble du Grand-Duché de Luxembourg, ainsi que la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté germanophone de Belgique.

 

A l’issue de deux années de présidence sarroise, placée sous la devise « Faire avancer la Grande Région ensemble », et fortement marquée par un contexte de crise inédit qui a souligné l’importance et la vitalité de la coopération au sein de celle-ci, c’est au tour du versant français de prendre le relai et d’assurer la présidence du Sommet de la Grande Région depuis le 20 janvier dernier.

Transformer, valoriser, rapprocher et protéger, tels sont les objectifs que poursuivra la présidence française lors de son mandat qu’elle a placé sur le signe d’une « Grande Région, carrefour de l’Europe : un espace innovant, résilient et solidaire ».

  • Transformer les territoires en accompagnant le rapprochement et la transformation des écosystèmes d’innovation et industriels, ainsi que les initiatives pilotes, que ce soit en matière d’intelligence artificielle, de recherche médicale ou de nouvelles sources d’énergie ;
  • Valoriser les ressources agricoles et naturelles afin de répondre aux enjeux environnementaux et climatiques de préservation, tant de la biodiversité que des ressources en eau, mais également de développement des circuits courts dans le domaine de l’alimentation ;
  • Rapprocher toujours plus les citoyens par la langue, la culture ou le tourisme, mais également par la formation et la citoyenneté ;
  • Protéger les citoyens en renforçant les coopérations en matière de santé publique, de protection civile et de sécurité, mais également de prévention de la dépendance.

La présidence française aura pour tâche d’assurer la coordination politique entre les régions membres du Sommet, d’animer les priorités de travail de celui-ci et d’impulser l’approfondissement de la coopération transfrontalière dans le cadre d’une présidence collégiale composé de trois départements frontaliers – la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle – de l’Etat et de la Région Grand Est.

Plus d’information sur la Grande Région : http://www.granderegion.net/


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Nouveau programme Erasmus+ 2021–2027 : davantage d’opportunités pour un public plus large

Publié par MEGESolene le lundi 25 janvier 2021

Mobilités, tourisme et culture Recherche, innovation, enseignement supérieur

Nouveau programme Erasmus+ 2021–2027 : davantage d’opportunités pour un public plus large

La conférence nationale de l’Agence Erasmus+ France / Education Formation, organisée le 14 janvier 2021, a présenté le nouveau programme Erasmus+ pour la période 2021-2027 : une palette d’opportunités qui vise l’enseignement scolaire, la formation professionnelle, l’éducation des adultes, l’enseignement supérieur, mais aussi la jeunesse et le sport.

En moyenne 100.000 Français, dont 4600 jeunes originaires du Grand Est, vivent une expérience Erasmus+ chaque année : parmi eux, plus de 50 % d’étudiants (stages ou études), environ 30 % d’alternants, stagiaires et formateurs de la formation professionnelle et 20 % d’enseignants et professeurs. Si ces mobilités ont été impactées par la pandémie, les expériences à l’étranger continuent d’intéresser : en 2020, les demandes de mobilité Erasmus par des porteurs de projets français ont augmenté de 7 %.

L’Union Européenne a voté un budget en hausse de 80% pour la période 2021-2027, soit un financement de 26 milliards d’euros, avec l’objectif de soutenir 10 millions de mobilités européennes en sept ans, au travers de ce nouveau programme plus accessible, plus inclusif et plus innovant.

 

Un programme plus accessible

Le nouveau programme se veut plus simple d’accès grâce à la généralisation du système d’accréditation (ticket d’entrée qui donne l’accès aux financements Erasmus+) à l’enseignement scolaire, la formation professionnelle, l’éducation des adultes et, la jeunesse. L’accréditation pourra être valable pour une période de sept ans maximum : une façon de sécuriser les porteurs de projets de mobilité sur toute la période du nouveau programme, en leur garantissant un accès simplifié aux enveloppes budgétaires.

Autre nouveauté, le programme entend s’ouvrir aux petites organisations non familières d’Erasmus+ pour leur permettre de débuter au sein de partenariats de petite taille, en créant des projets plus courts, impliquant des dépenses moindres et des démarches administratives plus simples.

 

Un programme plus inclusif qui s’ouvre à de nouveaux publics

Avec le programme 2021-2027, davantage d’enseignants vont pouvoir aller se former à l’étranger et observer les pratiques de leurs confrères. Celui-ci veut soutenir la mise en place d’un réseau d’instituts européens de formation des professeurs pour leur permettre de bénéficier d’une expérience dans un autre pays européen et de découvrir d’autres systèmes scolaires.

Le programme déploie également un nouvel axe : les départs d’élèves de la maternelle au lycée, avec un accent sur les collégiens. Ce volet vise à permettre à un nombre croissant de jeunes de faire l’expérience de l’international dès le plus jeune âge, avec des mobilités courtes, en groupes, pour contribuer à lever les freins psychologiques des jeunes et de leur famille. Cela devrait favoriser, plus tard au cours de leurs parcours de formation, des mobilités individuelles de longue durée.

L’inclusion sociale étant au cœur du nouveau programme, Erasmus+ pourra être accessible à des personnes qui n’en bénéficiaient pas ou trop peu jusqu’à présent : apprentis et élèves de la formation professionnelle, adultes en réinsertion, personnes en situation de handicap. En France, pour booster les départs des apprentis, des référents mobilité seront par exemple mis en place dans les centres de formation des apprentis (CFA). Ce public pourra bénéficier de nouveaux formats tels que des échanges virtuels et des périodes d’apprentissage à l’étranger plus courtes. Les apprenants adultes (peu ou pas qualifiés) vont pouvoir aussi partir en Erasmus. Ainsi, tous les organismes, publics ou privés, qui accompagnent des adultes dans des apprentissages non formels ou informels, sont éligibles : par exemple les centres sociaux, les associations d’éducation populaire, les institutions culturelles, les musées, les bibliothèques, etc.

Enfin, le programme devrait également stimuler les échanges sportifs en permettant aux entraîneurs et au personnel de se former à l’étranger grâce à des cours, des visites d’étude et des expériences d’observation en immersion.

 

Un programme plus innovant

Le programme accordera une attention particulière à l’éducation au développement durable et à l’éducation numérique. Les projets devront donc intégrer ces dimensions dans les activités proposées et permettre aux bénéficiaires de développer leurs compétences sur ces questions.

Une incitation financière est prévue pour encourager la mobilité à moindre impact carbone : par exemple, les participants utilisant des moyens de transport moins polluants verront leur bourse revalorisée. Cela se traduira aussi par un soutien élargi aux mobilités dites hybrides, proposées depuis le 1er juin 2020, associant activités virtuelles (apprentissage à distance, développement de plateforme et projets eTwinning, etc.) et mobilités physiques à l’étranger (qui peuvent alors être plus courtes – 5 à 30 jours).

Un programme qui booste l’excellence européenne

Pour consolider l’espace européen de l’éducation, le soutien à la coopération entre les universités européennes des différents États membres sera renforcé dans le cadre des alliances d’universités européennes, permettant d’accroître leurs performances et leur attractivité. Alors que les premiers projets ont été lancés en 2018, il existe aujourd’hui 60 alliances d’universités européennes, dont plus de 30 impliquant des universités françaises, et par exemple deux dans le Grand Est : EPICUR, l’alliance d’universités européennes portée par l’Université de Strasbourg, ou l’Alliance Université de technologie européenne – EUt+, pilotée par l’Université de Technologie de Troyes.

La création de centres d’excellence pour l’apprentissage et la formation professionnelle sera également possible : ils seront l’équivalent des alliances d’universités européennes pour l’enseignement professionnel.

Enfin en raison du Brexit, le Royaume-Uni n’est plus pays membre d’Erasmus+ 2021-2027 et ne peut donc plus participer à ses activités dans le cadre des nouveaux projets déposés à compter de 2021.

Le nouveau programme entend apporter un soutien accru à tous les secteurs de l’éducation et de la formation, ainsi que de la jeunesse et du sport. Il devrait contribuer à un objectif important, que la France souhaiterait même prioritaire en vue de sa Présidence de l’Union européenne en 2022 : permettre à la moitié d’une classe d’âge d’avoir passé, avant ses 25 ans, au moins six mois dans un autre pays européen.

Le guide du programme est annoncé pour le mois de mars. Et les candidatures se feront via un nouveau portail « mon projet Erasmus », prochainement mis en ligne pour les appels à projets, dont les premiers devraient être lancés au cours du printemps.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lancement du nouveau Bauhaus européen

Publié par MEGESolene le mercredi 20 janvier 2021

Développement régional et urbain Mobilités, tourisme et culture

Lancement du nouveau Bauhaus européen

La Commission européenne a lancé le nouveau Bauhaus européen, projet interdisciplinaire dans lequel des architectes, designers, entrepreneurs et autres réseaux vont pouvoir développer des concepts, idées ou technologies en lien avec le développement durable. C’est un processus innovant de co-création, avec un site internet dédié (New European Bauhaus : beautiful, sustainable, together). La Commission européenne lancera au printemps prochain la première édition du prix du nouveau Bauhaus européen qui conduira à l’ouverture, à l’automne 2021, d’appels à propositions visant à concrétiser les idées de l’initiative et d’installer ensuite cinq Bauhaus dans différents pays de l’Union d’ici 2022.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Des transports durables et intelligents pour réduire les émissions

Publié par MEGESolene le jeudi 17 décembre 2020

Mobilités, tourisme et culture

Des transports durables et intelligents pour réduire les émissions

La Commission européenne dévoile sa « Stratégie de mobilité durable et intelligente »

Comme le prévoit le Pacte Vert européen, l’objectif est d’atteindre une réduction de 90 % des émissions d’ici 2050 dans le domaine des transports. Adopté le 9 décembre 2020, la « Stratégie de mobilité durable et intelligente » vise à poser les bases qui devraient permettre au système de transport de l’UE de se transformer de manière durable et intelligente et de mieux résister aux crises futures. 82 initiatives dans 10 domaines d’action guideront le travail de la Commission européenne au cours des quatre prochaines années.

Adina Vălean, Commissaire européenne aux transports, a déclaré au sujet du secteur des transports : « Nous n’avons pas de temps à perdre pour le préparer pour l’avenir. Les technologies numériques ont le potentiel de révolutionner notre façon de nous déplacer et de rendre notre mobilité plus intelligente, plus efficace et plus écologique. […] En mettant en œuvre cette stratégie, nous créerons un passage irréversible à une mobilité sans émission tout en rendant notre système de transport plus efficace et plus résistant. »

Pour mettre en œuvre cette stratégie, le plan fixe des étapes intermédiaires avec des objectifs spécifiques à 10 ans, 15 ans et 30 ans :

D’ici 2030 :

  • Au moins 30 millions de véhicules zéro émission sur les routes européennes
  • 100 villes européennes seront climatiquement neutres
  • Le trafic ferroviaire à grande vitesse aura doublé sur tout le territoire européen
  • Les trajets de moins de 500 kilomètres en transports publics devraient être neutres en carbone
  • La mobilité automatisée aura été déployée à grande échelle
  • Les navires à zéro émission seront prêts à être mis sur le marché

D’ici 2035 :

  • Les aéronefs de grande capacité à zéro émission seront prêts à être mis sur le marché

D’ici 2050 :

  • La quasi-totalité des voitures, camionnettes, autobus et véhicules utilitaires lourds neufs seront à zéro émission
  • Le trafic ferroviaire de marchandises aura doublé
  • Un réseau transeuropéen de transport (RTE-T) multimodal et pleinement opérationnel pour un transport durable et intelligent avec des connexions à grande vitesse

La stratégie et son plan d’action donneront lieu à un certain nombre de propositions législatives. Le Conseil et le Parlement européen les discuteront dans les mois à venir avant une application partout en Europe.

 


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne 2020 : un Sarregueminois distingué

Publié par MEGESolene le lundi 14 décembre 2020

Mobilités, tourisme et culture

Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne 2020 : un Sarregueminois distingué

Depuis 2008, le prix Charlemagne, organisé par le Parlement européen et la « Fondation du prix international Charlemagne d’Aix-la-Chapelle », distingue chaque année des projets européens portés par des jeunes de tous les États membres âgés de 16 à 30 ans contribuant activement au développement de l’Europe. Les trois lauréats sont sélectionnés parmi les 27 projets choisis par les jurys nationaux. Le premier prix est doté de 7 500 euros, le second de 5 000 euros et le troisième de 2 500 euros. Pour concourir, les projets doivent faciliter la compréhension européenne et internationale, favoriser le développement d’un sens commun de l’identité et de l’intégration européennes, servir de modèle aux jeunes qui vivent en Europe et offrir des exemples pratiques d’Européens vivant au sein d’une même communauté. Cette année, les membres du jury français du Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne ont sélectionné en mars 2020 le projet « Vers un service civique européen », présenté par Benjamin Sibille, un jeune Sarregueminois de 28 ans, pour représenter la France à l’échelon européen, avant que la procédure de sélection ne soit finalement stoppée par la pandémie qui touche actuellement le continent. Pour le prix 2021, si vous êtes porteur d’un projet européen et souhaitez marcher dans les pas de Benjamin Sibille, sachez que les candidatures peuvent être transmises jusqu’au 1er février 2021.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lancement réussi du « service civique européen » à Metz

Publié par MEGESolene le lundi 14 décembre 2020

Mobilités, tourisme et culture

Lancement réussi du « service civique européen » à Metz

Le « Collectif pour un service civique européen », sélectionné par le jury français du prix Charlemagne pour la jeunesse 2020, propose la mise en place d’un service civique européen universel, donnant la possibilité à tous les jeunes d’Europe de passer plusieurs mois dans un autre pays de l’Union européenne, en ayant ses frais entièrement pris en charge, afin d’y accomplir des activités d’intérêt général. Le projet consiste à préparer les volontaires pendant 6 mois de service civique national dans leur propre pays, pour ensuite poursuivre leur engagement pendant 6 mois dans le cadre du Corps Européen de Solidarité (le dispositif européen commun de service civique) dans un autre État membre. Une expérimentation du dispositif a démarré en septembre 2020, dans le cadre de la Grand Région, avec l’accueil de jeunes français, allemands, belges, luxembourgeois et italiens à Metz. L’objectif est maintenant d’étendre progressivement cette expérimentation à l’ensemble de l’Union européenne


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter