Lancement de l’appel à candidatures de la Capitale européenne du tourisme intelligent 2022

Lancement de l’appel à candidatures de la Capitale européenne du tourisme intelligent 2022

Publié par Elena Jabri le mardi 4 mai 2021

Mobilités, tourisme et culture

Lancement de l’appel à candidatures de la Capitale européenne du tourisme intelligent 2022

Le 22 avril dernier, l’UE a lancé la troisième édition du concours de la Capitale européenne du tourisme intelligent 2022. Cette initiative distingue les villes européennes pour leurs pratiques touristiques exceptionnelles, innovantes et durables. La capitale européenne du tourisme intelligent est une initiative de l’UE, actuellement financée par le programme pour la compétitivité des entreprises et les P.M.E. (programme COSME).

Bouleversées par la pandémie de COVID-19, de nombreuses villes et destinations cherchent désormais à se rétablir et à devenir plus résilientes. Pour concourir pour le titre de Capitale européenne du tourisme intelligent 2022, les villes sont invitées à démontrer leurs pratiques touristiques innovantes dans quatre domaines : accessibilité, durabilité, numérisation, patrimoine culturel et créativité.

Le concours est ouvert aux villes de l’UE, ainsi qu’aux pays non-membres de l’UE qui participent au programme COSME et dont la population est supérieure à 100 000 habitants. L’initiative vise à :

– renforcer le développement innovant généré par le tourisme dans les villes européennes et leurs environs ;

– accroître leur attractivité et renforcer la croissance économique et la création d’emplois ;

– établir un cadre pour l’échange de bonnes pratiques entre les villes participant au concours ;

– créer des opportunités de coopération et de nouveaux partenariats.

Parmi les sept villes qui seront présélectionnées, le jury européen sélectionnera deux lauréats, les Capitales européennes du tourisme intelligent 2022, qui seront dévoilés en novembre 2021. Les deux villes sélectionnées bénéficieront de services en matière de communication et d’image de marque tout au long de l’année 2022.

Les représentants des villes ont jusqu’au 16 juin 2021 à 17h00 pour remplir un formulaire en ligne afin de poser leur candidature.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Prendre le large avec le Corps européen de solidarité 

Publié par Elena Jabri le vendredi 30 avril 2021

Mobilités, tourisme et culture

Prendre le large avec le Corps européen de solidarité 

Le premier appel à propositions pour la période 2021 – 2027 du programme de volontariat, géré par la Commission, vient d’être lancé ce mois-ci. 

Depuis sa création en 2016, le Corps européen de solidarité a pour objectif de permettre aux jeunes européens âgés de 17 à 30 ans d’effectuer des missions de volontariat, des stages ou encore des missions professionnelles pour une période de deux à douze mois. Celui-ci vise à promouvoir la solidarité, principalement par l’intermédiaire du volontariat, de faire participer davantage les jeunes et les organisations à des activités de solidarité accessibles et de qualité dans le but de contribuer à renforcer la cohésion, la solidarité, la démocratie et la citoyenneté en Europe, tout en relevant les défis de société.

Les missions peuvent jusqu’à présent être menées dans le pays d’origine du volontaire, dans un autre Etat membre ou encore dans un pays partenaire du programme. Toutefois, cette zone géographique devrait s’élargir à partir de l’année prochaine, permettant ainsi aux jeunes de se porter volontaires dans le cadre d’activités d’aide humanitaire partout dans le monde. Le Corps européen de solidarité met en œuvre quatre actions structurées en deux volets :

  • La participation des jeunes aux activités de solidarité : Projets de volontariat ; Équipes de volontaires dans des zones hautement prioritaires ; Projets de solidarité.
  • Participation des jeunes à des activités de solidarité liées à l’aide humanitaire (« Volontariat dans le cadre du Corps volontaire européen d’aide humanitaire ») : Projets de volontariat d’aide humanitaire

Le budget alloué au Corps européen de solidarité pour la période 2021 – 2027 représente un peu plus d’un milliard d’euros, dont plus de 138 millions d’euros seront disponibles pour cette année.

Parmi les domaines ciblés par la Commission au sein du programme pour soutenir les grandes priorités politiques de l’Union, il convient de souligner la diversité et l’inclusion sociale, la transition numérique, la transition verte et la promotion de la participation citoyenne des jeunes en Europe. En plus de ces quatre axes d’action et en raison du contexte actuel de crise sanitaire, la priorité en 2021 sera donnée aux projets liés aux domaines de la santé.

La période de candidature pour les projets de volontariat et de solidarité est ouverte jusqu’au 5 octobre. En ce qui concerne la période de candidature pour l’obtention du label de qualité pour le volontariat dans le domaine de l’aide humanitaire, la date limite est fixée au 22 septembre. Les candidatures dans le cadre d’activités de solidarité peuvent être soumises à tout moment.

Les jeunes qui souhaitent participer au programme doivent s’inscrire sur le site officiel du Corps européen de solidarité.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

L’école primaire qui donne l’envie d’Europe aux jeunes

Publié par Elena Jabri le vendredi 30 avril 2021

Mobilités, tourisme et culture

L’école primaire qui donne l’envie d’Europe aux jeunes

La Fondation Hippocrène – fondation reconnue d’utilité publique a pour vocation d’œuvrer en faveur d’une citoyenneté européenne commune par le dialogue et le partage en soutenant la réalisation de projets dans tous les domaines, y compris artistiques. A cette fin, elle organise depuis 2010, le Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe, un concours destiné aux établissements scolaires – écoles primaires, collèges, lycées généraux, lycées professionnels, enseignement agricole – pour distinguer les meilleurs projets de partenariat européen développés par une classe et ses professeurs.  Son objectif est de « donner l’envie d’Europe aux jeunes » et récompenser la formation à l’Europe, la mobilité, les échanges, et les projets qui permettent aux jeunes de développer et renforcer un sentiment d’appartenance européenne.

Cette année,  l’école maternelle Nord de Sausheim (68) a remporté le prix de la catégorie école primaire pour un projet transfrontalier avec l’Allemagne intitulé « Apprendre la langue et la culture du voisin. S’inscrire progressivement dans une identité européenne ».

Visant à promouvoir, dès le plus jeune âge l’interculturalité, ce projet visait, à travers des échanges avec des élèves allemands, notamment via des outils numériques, à faire découvrir et partager les références culturelles élémentaires des deux côtés du Rhin, notamment les fêtes nationales respectives, l’hymne européen et les recettes de cuisine.

Retrouvez les autres lauréats de l’édition 2021 et plus d’informations sur ce concours sur le site de la fondation Hippocrène


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Vers la reprise des déplacements en Europe grâce à un « certificat vert numérique » ?

Publié par MEGESolene le vendredi 2 avril 2021

Environnement, climat et santé Mobilités, tourisme et culture

Vers la reprise des déplacements en Europe grâce à un « certificat vert numérique » ?

Le 17 mars, la Commission européenne a publié une proposition législative visant à créer un document gratuit appelé « certificat vert numérique », présentant une approche unifiée au niveau européen pour faciliter la libre circulation sur le territoire de l’UE. Le certificat vert vise à permettre aux Européens de pouvoir attester de leur immunité pour « voyager cet été en toute sécurité et avec le moins de restrictions possible », a déclaré le Commissaire européen chargé de la justice, M. Didier Reynders.

Le document permettrait la reprise des déplacements des citoyens de l’UE en fournissant la preuve de l’immunité de son porteur, s’il a été vacciné contre la COVID-19, a été testé négatif, ou a développé des anticorps après s’être remis de la maladie. Ce certificat serait disponible sous format numérique ou papier et authentifié par un code QR. Grâce à celui-ci, les voyageurs se rendant d’un État membre à un autre seraient exemptés de la totalité ou d’une partie des restrictions imposées (quarantaine, tests…), ce qui pourrait permettre aux Européens de voyager au sein du continent et au secteur touristique de relancer ses activités.

Cependant, les Etats seront toujours libres de décider quelles restrictions peuvent être levées pour les voyageurs. Par ailleurs, le certificat vert numérique n’aurait pas vocation à devenir obligatoire, afin d’éviter tout risque de discrimination à l’égard de certains pays ou personnes non-immunisées. « Tous les citoyens de l’UE ont le droit fondamental à la libre circulation dans l’UE et ce droit s’applique indépendamment du fait qu’ils soient vaccinés ou non », rappelle la Commission européenne. Si un État membre devait maintenir l’obligation pour les détenteurs d’un certificat vert numérique de se soumettre à une quarantaine ou à des tests, il devrait en informer la Commission européenne et tous les autres États membres et justifier les raisons de ces mesures.

Dans sa proposition, la Commission européenne souligne que le système des certificats verts numériques est une mesure temporaire, qui sera suspendue lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aura déclaré la fin de l’urgence sanitaire internationale liée à la COVID-19.

La proposition est maintenant discutée par les États membres et par le Parlement européen, en procédure d’urgence, afin d’obtenir un accord rapide et une mise en œuvre d’ici l’été.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Financement des infrastructures européennes : un accord sur le MIE

Publié par Elena Jabri le mercredi 31 mars 2021

Mobilités, tourisme et culture

Financement des infrastructures européennes : un accord sur le MIE

Les orientations pour le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) constitue l’instrument essentiel en matière de déploiement d’infrastructures européennes de transport en Europe.

La mise en œuvre de ce schéma s’appuie sur l’outil de financement des infrastructures : le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE), programme qui vise à jouer un rôle de catalyseur pour les interventions, européennes et nationales, afin d’accélérer les investissements et de renforcer les synergies dans les secteurs des transports, des télécommunications et de l’énergie

Pour la période 2021 – 2027, le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe dit « MIE 2.0 », a donc pour objectif de soutenir les investissements en faveur des projets d’infrastructure européenne d’intérêt commun dans le domaine des transports, du numérique et de l’énergie. Doté de 33,71 milliards d’euros, celui-ci prévoit d’apporter un soutien de :

  • 25,81 milliards d’euros pour le transport ;
  • 5,84 milliards d’euros pour l’énergie ;
  • 2,06 milliards d’euro pour le numérique ;

Les négociations entre le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen sur la deuxième génération du MIE, qui sera en vigueur de 2021 à 2027, ont abouti à un accord informel le 11 mars dernier. Les ambassadeurs de l’UE (Coreper) ont adopté le 24 mars la proposition de règlement établissant le MIE. L’accord doit être approuvé définitivement par les commissions des Transports et de l’Industrie du Parlement le 24 avril, avant que les ministres des transports au Conseil et la plénière du Parlement européen ne valident définitivement dans les semaines suivantes l’accord intervenu.

Après l’adoption formelle de ce règlement celui-ci entrera en vigueur, avec une date d’effet au 1er janvier 2021. Le lancement des premiers appels à projets devrait intervenir en juin prochain.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Consultation publique sur le futur programme transnational INTERREG Europe du Nord-Ouest 2021-2027

Publié par Thomas Bautz le vendredi 12 mars 2021

Mobilités, tourisme et culture

Consultation publique sur le futur programme transnational INTERREG Europe du Nord-Ouest 2021-2027

Le programme INTERREG Europe du Nord-Ouest couvre les territoires de huit pays : Belgique, France, Allemagne, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse et Royaume-Uni, et vise à soutenir le développement durable de cette région.

Afin de préparer son nouveau programme pour la période 2021-2027, les partenaires et parties prenantes intéressées aux niveaux européen, national, régional et local sont invitées à donner leur avis sur les orientations thématiques présélectionnées par les États membres à ce stade du processus.

Contribuez à construire le futur programme et participez à la consultation INTERREG Europe du Nord-Ouest 2021-2027.

La consultation est ouverte jusqu’au dimanche 28 mars, celle-ci  est disponible dans les quatre langues du programme : allemand, anglais, français et néerlandais.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

30 ans de soutien aux industries cinématographiques et audiovisuelles européennes

Publié par Elena Jabri le vendredi 19 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

30 ans de soutien aux industries cinématographiques et audiovisuelles européennes

Le volet MEDIA du programme «Europe créative» de l’UE, visant à soutenir les industries cinématographique et audiovisuelle européennes, fête ses 30 ans en 2021. Pour marquer cet anniversaire, la Commission européenne a lancé une campagne de communication autour de ce programme ainsi que du lancement du nouveau volet MEDIA du programme «Europe créative», qui s’étend de 2021 à 2027 et dispose d’un budget de 1,4 milliard d’euros pour le sous-programme MEDIA.

La campagne se déroulera tout au long de 2021, principalement via les médias sociaux pour atteindre les jeunes et les professionnels de l’industrie.

Le contenu de la campagne sera axé sur 10 thèmes différents expliquant l’industrie audiovisuelle. Retrouvez plus d’informations sur la page web qui lui est consacrée.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Eurovignette : une négociation sensible sur les péages routiers

Publié par Elena Jabri le mardi 2 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

Eurovignette : une négociation sensible sur les péages routiers

Le 18 décembre dernier, le Conseil de l’UE (Etats membres) a adopté une position sur la révision des règles applicables aux péages routiers en Europe (directive Eurovignette). L’objectif de la directive est de réviser le système de financement des infrastructures du réseau routier transeuropéen, en appliquant le principe de l’utilisateur-payeur. Le Conseil souhaite laisser aux Etats la liberté de choisir entre plusieurs systèmes de redevance, une position présentant une grande flexibilité et très éloignée de la position initiale de la Commission européenne, mais aussi de celle du Parlement européen.

Les États membres souhaitent notamment :

  • maintenir les vignettes forfaitaires, sur la base de la durée (journée, semaine, mois, année) et non sur la distance parcourue ;
  • reconduire l’exemption de péage les camions de moins de 12 tonnes pendant huit ans ;
  • faire varier les redevances et les péages en fonction des émissions de CO2 des véhicules en continuant à appliquer une variation des redevances sur base de la classe Euro des véhicules existants;
  • rendre obligatoire une redevance pour les coûts externes des poids lourds (bruit, pollution de l’air) sur certaines parties du réseau ;
  • prévoir la possibilité de mettre en place une redevance à appliquer uniquement pendant les heures de congestion pour lutter contre les embouteillages ;
  • majorer les péages sur certains itinéraires sujets aux embouteillages.

Maintenant que les deux co-législateurs (Conseil de l’UE et Parlement européen) ont arrêté leur position, le projet de directive Eurovignette entre dans la phase de négociation interinstitutionnelle (« trilogue ») devant permettre d’obtenir un texte unique consensuel. La présidence portugaise du Conseil a ouvert le premier trilogue avec la Commission européenne et le Parlement européen le 29 janvier 2021, où représentants du Conseil et députés européens ont pu présenter leur position et expliquer leurs désaccords. Les positions entre les deux institutions étant très éloignées, la possibilité d’obtenir un accord politique d’ici la fin du semestre demeure peu probable. Conseil et Parlement européen sont néanmoins conscients des grands enjeux en termes de transport et d’environnement et que des progrès rapides sont nécessaires.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

2021 année européenne du rail : le transport ferroviaire mis à l’honneur

Publié par MEGESolene le lundi 1 février 2021

Mobilités, tourisme et culture

2021 année européenne du rail : le transport ferroviaire mis à l’honneur

L’Année européenne du rail a débuté le 1er janvier 2021 afin de promouvoir les atouts du ferroviaire en tant que moyen de transport sûr et durable. Cette initiative vise à encourager les Européens à utiliser le rail, contribuant ainsi à l’effort de neutralité climatique d’ici 2050.

L’Année du rail sera marquée par diverses activités liées au chemin de fer en Europe, qui ont démarré le 25 janvier 2021 par la remise du Prix du chemin de fer européen, décerné au projet de train à hydrogène iLINT.

Le 29 mars 2021, un événement consacré au transport ferroviaire à Lisbonne lancera officiellement l’Année du rail, laquelle prendra fin en mai 2022 avec la clôture d’une exposition allemande sur l’histoire du design ferroviaire.

Découvrez l’initiative et les événements à venir sur le site internet dédié.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Coup d’envoi de la présidence française du Sommet de la Grande Région

Publié par Thomas Bautz le mardi 26 janvier 2021

Développement régional et urbain Mobilités, tourisme et culture

Coup d’envoi de la présidence française du Sommet de la Grande Région

Avec 11,7 millions d’habitants, la Grande Région, au sein d’un espace partagé de 65 401 km², à cheval entre 4 pays européens – Allemagne, Belgique, France et Luxembourg – est l’une des plus grandes régions de coopération transfrontalière d’Europe et un espace unique d’épanouissement de la construction européenne.

Grande Région

Cet espace rassemble les régions de Sarre et de Rhénanie-Palatinat en Allemagne, la Lorraine dans la région Grand Est, l’ensemble du Grand-Duché de Luxembourg, ainsi que la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté germanophone de Belgique.

 

A l’issue de deux années de présidence sarroise, placée sous la devise « Faire avancer la Grande Région ensemble », et fortement marquée par un contexte de crise inédit qui a souligné l’importance et la vitalité de la coopération au sein de celle-ci, c’est au tour du versant français de prendre le relai et d’assurer la présidence du Sommet de la Grande Région depuis le 20 janvier dernier.

Transformer, valoriser, rapprocher et protéger, tels sont les objectifs que poursuivra la présidence française lors de son mandat qu’elle a placé sur le signe d’une « Grande Région, carrefour de l’Europe : un espace innovant, résilient et solidaire ».

  • Transformer les territoires en accompagnant le rapprochement et la transformation des écosystèmes d’innovation et industriels, ainsi que les initiatives pilotes, que ce soit en matière d’intelligence artificielle, de recherche médicale ou de nouvelles sources d’énergie ;
  • Valoriser les ressources agricoles et naturelles afin de répondre aux enjeux environnementaux et climatiques de préservation, tant de la biodiversité que des ressources en eau, mais également de développement des circuits courts dans le domaine de l’alimentation ;
  • Rapprocher toujours plus les citoyens par la langue, la culture ou le tourisme, mais également par la formation et la citoyenneté ;
  • Protéger les citoyens en renforçant les coopérations en matière de santé publique, de protection civile et de sécurité, mais également de prévention de la dépendance.

La présidence française aura pour tâche d’assurer la coordination politique entre les régions membres du Sommet, d’animer les priorités de travail de celui-ci et d’impulser l’approfondissement de la coopération transfrontalière dans le cadre d’une présidence collégiale composé de trois départements frontaliers – la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle – de l’Etat et de la Région Grand Est.

Plus d’information sur la Grande Région : http://www.granderegion.net/


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter