Semaine européenne des régions et des villes 2024 : candidatez pour organiser un événement

Semaine européenne des régions et des villes 2024 : candidatez pour organiser un événement

Publié par Valentin Ceretto le lundi 11 mars 2024

Mobilités, tourisme et culture

Semaine européenne des régions et des villes 2024 : candidatez pour organiser un événement

La 22e édition de la Semaine européenne des régions et des villes se déroulera cette année du 7 au 10 octobre 2024 sous le thème « Autonomisation des communautés ». Pendant quatre jours, les représentants politiques, experts et universitaires des régions et des villes de toute l’Union européenne sont invités à discuter des défis communs auxquels ils font face. L’édition 2024 proposera différents aux acteurs des villes et régions européennes d’échanger sur quatre thématiques clé, à savoir :

  • La compétitivité et convergence : les deux faces d’une même médaille
  • Les régions renforcent la démocratie européenne
  • Une croissance durable et intelligente pour les régions
  • Les régions ont du talent.

Dans ce cadre, il est possible d’organiser deux types d’événements: dans le cadre du programme officiel, qui auront lieu du 7 au 10 octobre 2024 (format in) et d’événements satellites organisés en parallèle (format off).

Si vous souhaitez plus d’informations ou trouver d’autres partenaires européens pour organiser un événement, rendez-vous sur le site de la semaine des régions et des villes. La période de candidature s’étend jusqu’au 2 avril 2024.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

REGIOSTARS 2024 : faites briller votre projet de politique de cohésion au niveau européen

Publié par Valentin Ceretto le mercredi 28 février 2024

Mobilités, tourisme et culture

REGIOSTARS 2024 : faites briller votre projet de politique de cohésion au niveau européen

Les REGIOSTARS récompensent annuellement des projets financés par la politique de cohésion illustrant l’excellence et de nouvelles approches dans le développement régional.

Cette année, ces prix seront décernés dans les cinq catégories suivantes :

  • Europe intelligente et compétitive : promouvoir la compétitivité, l’innovation et la résilience économique
  • Europe verte : la transition verte facilitatrice du développement régional
  • Europe connectée : améliorer la mobilité et la connectivité entre les régions
  • Europe sociale et inclusive : parvenir à une Europe plus inclusive en exploitant les talents régionaux
  • Europe proche des citoyens : Favoriser le développement durable de tous types de territoires

Comme les années précédentes, le public pourra voter pour attribuer un « Prix du Public ».

Les candidatures pour le prix 2024 doivent concerner un projet ayant bénéficié d’un cofinancement de l’UE du Fonds européen de développement régional (FEDER), du Fonds social européen (FSE), du Fonds de transition juste (FTJ) ou des programmes Interreg, démarrant au plus tôt le 1er janvier 2014.

Les projets doivent être achevés au moment de la soumission, ceux-ci doivent avoir réalisé toutes les activités prévues, reçu sa contribution financière finale et été déclaré clos par le bénéficiaire du projet et/ou l’autorité de gestion.

Un jury indépendant d’universitaires sélectionnera jusqu’à 5 finalistes par catégorie, qui concourront lors d’une ronde finale lors de la Semaine européenne des régions et des villes à Bruxelles.

 

La période de candidature est ouverte jusqu’au 31 mai 2024 et la Commission met à disposition un guide pour candidater.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Nouveau Bauhaus Européen en Grand Est : découvrez le projet de Campus d’innovation – Formation du Bassin de Pompey

Publié par Valentin Ceretto le jeudi 8 février 2024

Mobilités, tourisme et culture

Nouveau Bauhaus Européen en Grand Est : découvrez le projet de Campus d’innovation – Formation du Bassin de Pompey

Cet article est une contribution de l’Université de Lorraine et de la Communauté de Communes du Bassin de Pompey.

Le Campus d’Innovation, situé dans le parc technopolitain « Eiffel Energie », est la nouvelle pépite du Bassin de Pompey, incarnant l’esprit du New European Bauhaus. Alliant Formation, innovation durable, et inclusion, ce projet vise à insuffler l’innovation au sein d’un écosystème unissant histoire et modernité.


Au cœur du dynamisme économique et technologique du Bassin de Pompey émerge le Campus d’Innovation, un projet phare situé dans le parc technopolitain « Eiffel Energie ». Ce projet structurant vise à insuffler une nouvelle dynamique de créativité et d’innovation, en s’ancrant sur un site riche d’histoire à la jonction de la Meurthe et de la Moselle. Représentant bien plus qu’un espace physique, le Campus d’Innovation est le point de convergence entre collaboration, partage de connaissances et engagement envers le développement durable. Bénéficiant du soutien méthodologique de l’Université de Lorraine, il se distingue également par son inclusion dans les principes du New European Bauhaus (NEB). Cette démarche collaborative, initiée il y a trois ans, a valu au projet la reconnaissance de la Commission Européenne, le positionnant comme le seul projet français parmi vingt lauréats européens et l’un des deux projets emblématiques dans la dynamique NEB du Grand Est, aux côtés d’ARTEM à Nancy. Cette distinction met en avant la capacité du projet à intégrer innovation, durabilité, et inclusion sociale, contribuant à l’évolution du paysage du Bassin de Pompey à travers une dynamique d’intelligence collective.


Émergence du Campus d’Innovation

Le projet Campus d’Innovation s’établit sur un site d’exception de 3,6 hectares, situé à la confluence de la Meurthe et de la Moselle. Ce lieu symbolise une véritable intersection entre les éléments naturels, les communautés locales, et le tissu économique. La décision stratégique de cet emplacement vise à établir des connexions entre le parc industriel et les communes avoisinantes, renforçant ainsi la place centrale du projet dans l’écosystème territorial local.

Site du projet en confluence de la Meurthe de la Moselle

Collaboration et Cocréation

L’association avec l’Université de Lorraine et la chaire ITTI (Innovation Territoriale et Territoires en Intelligence) souligne l’approche collaborative et prospective du projet, s’articulant autour d’un modèle de « Living Lab ». Cette démarche vise à mobiliser et à impliquer activement divers acteurs locaux dans la co-création du projet, depuis les phases initiales de diagnostic et de planification jusqu’à la concrétisation et l’animation du campus. Cette collaboration se matérialise également par le pilotage du projet confié à un chef de projet doctorant, dans le cadre d’une thèse subventionnée par l’ANRT, accentuant l’aspect opérationnel et collaboratif du Campus d’Innovation.

Reconnaissance et Soutien Européen

En juillet 2022, le projet a été lauréat de l’appel à projets « New European BAUHAUS – Local initiatives » en tant que seul projet français parmi vingt projets européens. Ceci témoigne de son alignement avec les axes de durabilité, esthétique, et inclusion sociale. Cette reconnaissance européenne souligne l’ambition du Campus d’Innovation – Formation de servir de modèle en matière de développement durable et de cohésion sociale, en phase avec les objectifs du Green New Deal.

Objectifs du Projet Campus d’Innovation – Formation

Le Campus d’Innovation au cœur du Bassin de Pompey est conçu comme une réponse ambitieuse aux besoins actuels et futurs du territoire en matière d’innovation, de formation, et de développement économique. Ses objectifs principaux s’articulent autour de plusieurs axes stratégiques visant à transformer le paysage éducatif, entrepreneurial, et culturel de la région.

Ateliers de cocréation organisés autour du projet

Enjeux de Formation : Le Campus d’Innovation se présente comme un épicentre de formation, visant à enrichir l’offre éducative en collaboration avec des institutions locales telles que le Lycée Professionnel Bertrand Schwartz, l’AFPA Pompey, et le Greta. L’objectif est de développer une offre de formation professionnelle et continue alignée sur les besoins spécifiques du territoire, mettant un accent particulier sur les compétences essentielles pour naviguer les défis de l’économie future, en particulier dans les secteurs de la transition écologique, du numérique, et de l’innovation technologique. Cette orientation stratégique vise à répondre de manière proactive aux besoins de compétences identifiés par la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) conduite sur le territoire il y a une décennie. Cette démarche aspire non seulement à favoriser l’innovation et la créativité à travers des espaces dédiés tels que les espaces de co-working, laboratoires de R&D, et ateliers de prototypage, mais également à bâtir des ponts entre le monde éducatif et le secteur industriel, garantissant une adéquation entre les compétences acquises et les besoins du marché du travail.

Enjeux de Développement Économique et Inclusion Sociale : Le projet se positionne comme un catalyseur d’entreprenariat, offrant un environnement adéquat au développement des startups et des entreprises, tout en s’intégrant dans la dynamique des territoires industriels avec les partenaires concernés. Parallèlement, il s’engage à promouvoir l’inclusion sociale et la cohésion territoriale en devenant un espace ouvert et inclusif, qui implémente des initiatives ciblées pour faciliter l’insertion professionnelle des individus éloignés de l’emploi. L’ambition est de créer un lieu de vie vibrant et interactif, encouragent le dialogue et les échanges entre les différentes communautés du Bassin de Pompey, renforçant ainsi l’économie locale et la solidarité communautaire.

Enjeux de valorisation du patrimoine et de l’environnement : En choisissant un cadre naturel et patrimonial riche, le projet vise à conjuguer la préservation de l’environnement avec la valorisation de l’héritage industriel de la région. Des initiatives en faveur de la biodiversité et des aménagements paysagers sont envisagées pour assurer une intégration respectueuse du campus dans son milieu, soulignant l’importance de la conservation des traces du passé et de la sensibilisation environnementale. Cette démarche souligne l’ambition du Campus d’Innovation à refléter l’importance du lien entre les espaces de travail et la nature en mettant en valeur la richesse paysagère du site dans l’aménagement du projet.

Le Campus d’Innovation représente ainsi une initiative majeure pour le développement du Bassin de Pompey, en s’appuyant sur une vision intégrée et durable qui associe innovation, formation, et cohésion sociale. Ce projet ambitieux est imaginé pour répondre aux enjeux contemporains et futurs, en faisant du territoire un acteur clé de l’économie de la connaissance et de la transition écologique.

Avancement et Étapes Clés du Projet Campus d’Innovation

2020 – Émergence et Lancement de la Démarche de Cocréation : cette année marque le début du Campus d’Innovation, avec l’initiation d’une démarche de cocréation. Le projet a démarré avec une vision claire, soutenue par un cahier des charges politique et une mobilisation graduelle mais soutenue des parties prenantes au niveau local et régional. L’objectif était de créer un projet profondément ancré dans les besoins et les aspirations du territoire du Bassin de Pompey, en favorisant une participation active et continue des différents acteurs concernés.

2021 – Ambition du Projet et Étude de Préprogramme : cette année a été consacrée à la définition de l’ambition du projet et à l’élaboration d’un préprogramme opérationnel. Cette étape a permis de dessiner une première esquisse du projet, définissant ses objectifs, sa portée et ses principales fonctionnalités, afin de poser les fondations solides nécessaires au développement ultérieur.

2022 – 2023 Soutien Européen et Label NEB et Modèle Économique : le projet a reçu un soutien européen crucial, se voyant attribuer le label NEB (New European Bauhaus), un gage de reconnaissance pour son engagement envers les principes de durabilité, esthétique et inclusion. Durant cette période, une attention particulière a été portée au développement d’un modèle économique robuste et durable, reflétant les ambitions du projet et sa compatibilité avec la philosophie NEB. Cette phase a été essentielle pour valider la faisabilité économique du projet et pour renforcer la collaboration avec les parties prenantes.

2023 – Feuille de Route du Projet NEB : en 2023, l’accent a été mis sur la consolidation de la feuille de route du Campus d’Innovation sous l’égide du NEB. Cette feuille de route détaille les actions et les initiatives à mettre en place, s’appuyant sur le soutien et les orientations stratégiques fournis par le label NEB pour concrétiser la vision du projet.

Plus de 70 étudiants de l’Université de Lorraine participent aux ateliers d’Innovation urbaines, une des premières étapes de notre feuille de route NEB
Défi Nancy – Pompey à vélo avec les étudiants de l’Université de Lorraine

2024 – Études Opérationnelles : les études opérationnelles, lancées en 2024, se concentrent sur les aspects pratiques et techniques de mise en œuvre du projet. Elles abordent les questions de conception, d’infrastructure, et d’aménagement, en préparant le terrain pour les prochaines phases de réalisation.

Fin 2024 – vers l’étude de Maîtrise d’Œuvre : la fin de l’année 2024 est prévue pour marquer le début de l’étude de maîtrise d’œuvre, une étape déterminante visant à finaliser les plans de construction et à définir les spécifications détaillées du projet. Cette phase préparatoire est cruciale pour assurer une transition fluide vers la construction effective du Campus d’Innovation – Formation.

 


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Programme MEDIA de Europe créative : De nouveaux appels ouverts

Publié par clara eichinger le mardi 6 février 2024

Mobilités, tourisme et culture

Programme MEDIA de Europe créative : De nouveaux appels ouverts

Europe créative est le programme de l’UE œuvrant en faveur des secteurs de la culture et de la création. Le programme actuel de 2021 à 2027 est doté d’un budget de 2,44 milliards d’euros. Il divisé en trois volets : médias, culture, et cross-sectoriel. Le programme MEDIA se concentre sur la coopération culturelle afin de développer les entreprises audiovisuelles et les contenus européens à l’échelle mondiale ; encourager les talents ; améliorer la circulation mondiale des œuvres audiovisuelles européennes et soutenir l’engagement et le développement de publics de tous âges. 

 A l’heure actuelle, plusieurs appels à projet sont ouverts, dont : 

  • Réseaux européens de structures culturelles et créatives 
    • Ouvert jusqu’au 07 mars 2024
    • Objectif : renforcer les capacités des secteurs culturels et créatifs européens à relever des défis communs, à cultiver des talents, à innover, à prospérer et à générer des emplois et de la croissance.
  • Réseaux de festivals européens
    • Ouvert jusqu’au 11 avril 2024
    • Objectif : renforcer la coopération entre les festivals audiovisuels européen ; accroître l’impact des festivals audiovisuels européens ; favoriser l’échange de connaissances et de modèles de bonnes pratiques ; exploiter la transformation numérique.  
  • Circulation des œuvres littéraires européennes
    • Ouvert jusqu’au 16 avril 2024
    • Objectif : soutenir des projets de traduction, d’édition, de distribution et de promotion d’œuvres de fiction écrites par des auteurs ressortissants ou résidant dans les pays de l’Europe créative, ou reconnus comme faisant partie du patrimoine littéraire de ces pays.
  • Films en mouvement
    • Ouvert jusqu’au 14 mars, deuxième deadline le 18 juillet 2024
    • Encourager et soutenir distribution plus large des films européens (plurinationaux) récents en incitant les agents de vente et les distributeurs de salles en particulier à investir dans la promotion et la distribution adéquate des films européens. 
  • Plus d’appels peuvent être consultés ici

Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Prix du groupement européen de coopération territoriale : appel à candidatures

Publié par clara eichinger le jeudi 1 février 2024

Mobilités, tourisme et culture

Prix du groupement européen de coopération territoriale : appel à candidatures

Le secrétaire général du Comité européen des régions invite les groupements européens de coopération territoriale à présenter leur candidature pour l’édition 2024 du prix « Construire l’Europe par-delà les frontières » – Prix du GECT.

Ce prix vise à reconnaître les réalisations concrètes des GECT existants, à montrer la valeur ajoutée de cet instrument pour l’UE et à les promouvoir en tant qu’exemples pour d’autres groupements ou structures transfrontalières, interrégionales et transnationales similaires.

Le GECT permet à des entités publiques de différents États membres de se regrouper au sein d’une nouvelle entité dotée d’une personnalité juridique à part entière. Par l’intermédiaire d’un GECT, les autorités publiques d’un État membre peuvent créer une structure commune unique pour mettre en œuvre des projets, des investissements ou des politiques sur le territoire couvert par le GECT, qu’ils soient ou non cofinancés par le budget de l’UE.

Les membres du GECT peuvent être:

  • Des États membres
  • Des autorités régionales ou locales
  • Des associations
  • Tout autre organisme public

Qui peut candidater ?

  • Seuls les GECT établis avant le 1er janvier 2023 peuvent participer.
  • L’établissement du GECT doit avoir été notifié au Comité européen des régions conformément au règlement GECT.

Comment poser sa candidature ?

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 17 avril 2024. Les candidatures reçues en dehors de cette date seront considérées comme non éligibles.

Le formulaire de candidature est disponible ici.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Accueillez des jeunes européens ou partez à l’étranger avec le corps européen de solidarité

Publié par Valentin Ceretto le jeudi 7 décembre 2023

Mobilités, tourisme et culture

Accueillez des jeunes européens ou partez à l’étranger avec le corps européen de solidarité

Le corps européen de solidarité (CES) est le programme de la Commission européenne qui permet aux jeunes de 18 à30 ans (jusque 35 ans dans certains cas) de participer à des projets de solidarité dans un autre pays de l’Union ou dans quelques autres pays partenaires, ou bien hors de l’UE pour des activités humanitaires.

La Commission européenne vient d’ouvrir l’appel à propositions 2024 pour le Corps européen de solidarité, l’occasion des faire le point sur ce programme et les possibilités qu’il offre.

Qu’est-ce que le corps européen de solidarité ?

Le corps européen de solidarité (CES) a vu le jour en 2018 en remplacement du Service volontaire européen (SVE). Il permet à des jeunes des pays membres ou associés de s’engager pour une durée de deux semaines à un an pour un projet de volontariat d’intérêt publique dans son pays ou dans un pays partenaire. Il est comparable au Service civique à l’échelle française.

©Union européenne

Je suis une organisation et je veux accueillir des volontaires

Toute structure publique ou privée, à but lucratif ou non, d’un État membre de l’UE et de quelques pays associés peut prétendre à un financement dans le cadre de ce programme afin d’accueillir des volontaires. L’organisation en question doit axer sa proposer sur une mission de volontariat, à but non-lucratif, en répondant à des objectifs tels ceux-ci :

  • encourager la participation démocratique ;
  • lutter contre l’exclusion sociale ;
  • protéger la nature ;
  • promouvoir la santé et le bien-être ;
  • encourager l’éducation et la formation ;
  • travailler avec des communautés de migrants ;
  • renforcer les capacités et la résilience de communautés vulnérables ou touchées par des catastrophes dans les régions de pays hors UE où se déroulent des activités et des opérations d’aide humanitaire ;
  • renforcer la préparation aux catastrophes et la réduction des risques de catastrophe dans ces régions.

L’organisation désireuse de candidater devra en premier lieu s’enregistrer et obtenir un label de qualité de la Commission européenne. Cette demande peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année. Suite à sa certification, l’organisation pourra ensuite présenter sa candidature pour un projet spécifique, selon les appels à proposition ouverts. Pour les projets de bénévolat, la première date limite en 2024 est fixée au 20 février.

Vous trouverez davantage d’information sur les étapes d’accréditation et de candidature ici. Les dates et modalités de l’appel à proposition 2024 sont détaillées sur cette page.

Je suis jeune et je veux partir en Europe

Vous avez entre 18 et 30 ans et avez envie de vous impliquer dans un projet quelque part en Europe ? Vous pourrez explorer les possibilités sur cette carte interactive tout au long de l’année. En échange de votre engagement, vous recevez une indemnité mensuelle (le montant dépendra du pays d’accueil), une assurance ainsi qu’une prise en charge des frais de base (voyage, logement, nourriture). Plus de détails ici sur les conditions de participation et d’inscription.

©Alex – stock.adobe.com

Pour aller plus loin :


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Santé et transfrontalier dans le Rhin supérieur

Publié par Valentin Ceretto le jeudi 19 octobre 2023

Mobilités, tourisme et culture

Santé et transfrontalier dans le Rhin supérieur

Dans le cadre de la « Semaine européenne des régions et des villes », la « Région métropolitaine trinationale du Rhin Supérieur » a organisé un atelier en ligne sur la « Santé sans frontière » le mardi 10 octobre, avec un soutien et la participation d’orateurs issus de la Collectivité européenne d’Alsace et de l’Université de Strasbourg.

Depuis de nombreuses années, et particulièrement depuis la pandémie de COVID-19 de 2020, la coopération transfrontalière en matière de santé est une priorité dans le Rhin supérieur. Quelles coopérations existent ? Quels sont les obstacles et potentiels dans la région ? La Région métropolitaine trinationale, qui fédère à la fois les acteurs politiques, scientifiques, économiques et la société civile du Rhin Supérieur, a souhaité revenir sur les défis et les enjeux de la coopération transfrontalière en matière de santé.

Source : Collectivité européenne d’Alsace

« Vallée de la vie, le Rhin Supérieur connaît des enjeux majeurs en matière de santé »

Mme Pascale Schmidiger, Vice-Présidente de la Collectivité européenne d’Alsace, a ouvert l’atelier en présentant les atouts et les défis que rencontre le Rhin Supérieur. Richement doté en matière de santé, avec des hôpitaux universitaires de renom, des établissements d’enseignement supérieur et de recherche performants en médecine et technologies médicales, le Rhin Supérieur est cependant confronté à des enjeux majeurs tels que l’accès aux soins, le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques, la prise en charge des urgences, mais aussi le manque croissant de professionnels de santé. Mme Schmidiger est ensuite revenue sur la « Stratégie 2030 » de la Région métropolitaine trinationale, qui s’est fixé pour objectif de dépasser les obstacles bureaucratiques pour faciliter l’accès aux soins.

« L’échange d’informations est primordial entre les administrations »

Ce travail d’ensemble s’appuie notamment sur le Groupe de travail « Politiques de santé » de la Conférence du Rhin Supérieur, dont le Co-Président M. Ljubiša Stojanović, du Département de santé du canton de Bâle-Ville, a détaillé les travaux. Témoignant des collaborations informelles et spontanées qui ont eu lieu durant les premiers temps de la pandémie, avec l’accueil en urgence de patients français dans les hôpitaux allemands et suisses, M. Stojanović a pointé le fait que les canaux de communication institutionnels n’ont fonctionné que dans un second temps. Le Groupe de travail « Politiques de santé » joue désormais un rôle de premier ordre en matière d’échange d’informations (offre de soins, urgences médicales, prévention, veille sanitaire avec EPI-RHIN).

En matière d’aide médicale urgente, la coopération s’appuie sur les accords de l’Alsace avec le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat, dont l’application sur le terrain doit encore être renforcée. Par ailleurs, le centre de compétences trinational TRISAN est en passe d’être pérennisé et travaille sur la mise en réseau des acteurs, la mobilité des patients, la prévention, mais aussi l’attractivité des métiers du soin et la coopération entre les hôpitaux universitaires. Un autre sujet pour l’avenir : la digitalisation et la facilitation de l’échange numérisé d’informations.

« La problématique des maladies rares, c’est l’errance diagnostique »

Sur le plan de la coopération scientifique, qui est très dynamique dans le Rhin Supérieur dans les domaines de la santé, de la médecine, des technologies médicales, le Pilier Sciences de la Région métropolitaine a développé un instrument de financement, « Offensive Sciences », qui a permis d’investir plus de 21 millions d’euros dans la recherche et l’innovation. Mme Agnès Bloch-Zupan, enseignante-chercheuse à l’Université de Strasbourg, a témoigné de son expérience dans le cadre du projet RARENET, un réseau européen collaboratif autour des maladies rares, lesquelles concernent plus de 25 millions de personnes en Europe. Porté par l’Université de Strasbourg, ce réseau s’est développé dans le cadre d’un projet de trois années (2016-2019), cofinancé à 50% par le programme INTERREG et avec un budget total de 4 millions d’euros.

Ce réseau trinational (professionnels de santé, ingénieurs, médecins, entreprises, associations de patients…) vise à améliorer la prise en charge des maladies rares en investissant dans la formation et l’information, afin de diminuer l’errance diagnostique des patients. De nombreuses réalisations : modules pédagogiques pour les professionnels de santé, information du grand public, rencontres avec les patients, collection d’échantillons biologiques partagée, protocoles de prise en charge des patients, outils d’analyse génétique,… Les ressources de ce projet servent toujours à l’amélioration des connaissances et de la prise en charge des patients.

« Le transfert de technologies, c’est réunir les bonnes personnes au bon moment »

Sur le volet économique, Mme Malaika Lauk, PDG de Lauk Ventures GmbH et consultante en santé au sein de la plate-forme d’innovation BadenCampus, a parlé de son expérience dans le champ des technologies médicales et de l’innovation en santé dans lequel elle évolue depuis 20 ans. Selon elle, la coopération transfrontalière possède un réel potentiel pour connecter, innover, investir. Développer de nouveaux produits, de nouvelles technologies, implique de réunir des équipes pluridisciplinaires scientifiques, techniques, académiques, de trouver des partenaires (hôpitaux, laboratoires, entreprises), mais aussi des investisseurs car rien ne peut se faire sans soutien financier.

La plate-forme BadenCampus permet de connecter ces acteurs, de promouvoir les start-ups dans les sciences de la vie et le transfert de technologies vers les entreprises. Le Life Science Accelerator Baden-Württemberg permet notamment de « matcher » des start-ups et des investisseurs. Les Trinational Healthtech Days sont aussi un lieu de rencontre entre investisseurs, entreprises et start-up. Applications de santé, télémédecine, données de recherche, intelligence artificielle… les domaines d’innovation en santé sont nombreux. Mais comment améliorer la collaboration au sein de l’écosystème trinational du Rhin Supérieur ? Mme Lauk esquisse des pistes : harmoniser la législation, réduire les barrières bureaucratiques et linguistiques, rendre visibles les résultats de la recherche, promouvoir les clusters pour l’échange de savoir-faire entre entreprises, soutenir la collaboration des entreprises avec les universités et les centres de recherche dans la région…

 

Cet article est une contribution de la Collectivité européenne d’Alsace (CeA).


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Erasmus+ : consultation publique sur l’avenir du programme

Publié par clara eichinger le mercredi 18 octobre 2023

Mobilités, tourisme et culture

Erasmus+ : consultation publique sur l’avenir du programme

La Commission a lancé aujourd’hui une consultation publique afin de recueillir les points de vue des citoyens et des organisations sur Erasmus+, le programme phare de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport.

La consultation portera sur les nouveautés introduites dans la génération actuelle du programme, telles que les universités européennes ou les académies Erasmus + pour les enseignants, mais aussi sur les nouvelles mesures visant à améliorer l’inclusivité et la simplicité du programme. Cette consultation publique s’appuie sur un appel à contributions lancé en 2022. Elle contribuera également à l’évaluation finale du programme précédent (2014-2020) et recueillera des suggestions pour l’avenir du programme. La consultation se clôture le 8 décembre.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Europorters : participez au concours annuel destiné aux futurs électeurs européens !

Publié par clara eichinger le mercredi 18 octobre 2023

Mobilités, tourisme et culture

Europorters : participez au concours annuel destiné aux futurs électeurs européens !

Europorters est un concours annuel s’adressant aux futurs électeurs européens dans le cadre scolaire ou associatif. L’objectif est de réaliser un reportage sur une action de l’Union Européenne qui les concerne de manière directe. Le site du concours propose un choix de ressources telles que des fiches d’information sur le fonctionnement de l’Europe pour créer leur reportage, qui peut être sous forme écrite, vidéo, photo ou radio. L’inscription doit être réalisée par un enseignant ou un animateur et s’adresse aux classes de primaire, de collèges et lycées ainsi qu’aux structures qui accompagnent et encadrent des publics d’âges similaires.

Les enseignants doivent inscrire leur classe ici avant le 01 décembre 2023.

L’année dernière, une classe de CE1-CE2 qui avait méné une interview avec Fahimeh Robiolle, exilée Iranienne, figurait parmi les vainqueurs.

Calendrier

18 septembre 2023 : Webinaire de présentation (17h30) cliquer ici pour participer

01 octobre 2023 : Ouverture des inscriptions

30 novembre 23 : Webinaire pour les enseignants inscrits (17h30) cliquer ici pour participer

01 décembre 2023 : Fin des inscriptions, début des reportages

Du 02 décembre 2023 au 08 mars 2024 : Réalisation des reportages

Du 08 mars au 15 mars 2024 : Publication des reportages

03 avril 2024 : Jury national du concours

09 mai 2024 : Remise des prix du concours national


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Culture Moves Europe : des nouvelles possibilités de mobilité culturelle pour les artistes

Publié par clara eichinger le mardi 17 octobre 2023

Mobilités, tourisme et culture

Culture Moves Europe : des nouvelles possibilités de mobilité culturelle pour les artistes

Le plus grand programme de mobilité culturelle de l’UE lance un nouvel appel à la mobilité individuelle. L’appel s’adresse aux artistes et aux professionnels de la culture âgée d’au moins 18 ans qui résident dans l’un des 40 pays du programme « Europe créative » étant actifs dans les secteurs suivants : arts du spectacle, arts visuels, musique, patrimoine culturel, architecture, design et stylisme, et littérature. L’action de mobilité individuelle offre un soutien financier aux personnes qui voyagent entre 7 et 60 jours ou aux groupes de 5 personnes maximum qui voyagent entre 7 et 21 jours. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 mai 2024. Les candidatures sont a déposer ici. Plus de détails sur le programme sont à trouver ici.

Sur le programme « Culture moves Europe » :
Le programme offre des bourses de mobilité contribuant aux frais de voyage et de séjour qui peuvent être complétées par un soutien financier supplémentaire afin de promouvoir une participation plus diversifiée des personnes confrontées à des obstacles à la mobilité internationale. Un soutien financier accru est offert aux personnes qui voyagent de manière durable, qui sont parents de jeunes enfants ou qui ont besoin d’un visa. Les artistes handicapés sont particulièrement encouragés à poser leur candidature, car « Culture Moves Europe » leur offre un soutien spécial pour couvrir les coûts supplémentaires liés à leur handicap et leur permettre de participer à des projets transfrontaliers. Depuis son lancement il y a un an, « Culture Moves Europe » a soutenu plus de 1 800 bénéficiaires qui ont choisi de collaborer avec leurs partenaires internationaux dans un autre pays d’Europe créative, de la Norvège à la Tunisie et du Portugal à l’Arménie, pour mettre en œuvre leurs projets culturels.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter