Nouveau programme d’action pour donner un coup de pouce au “bio”

Nouveau programme d’action pour donner un coup de pouce au “bio”

Publié par Barbara Valganon le jeudi 1 avril 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

Nouveau programme d’action pour donner un coup de pouce au “bio”

La Commission européenne vient de présenter un plan d’action destiné à soutenir la croissance de la production biologique en Europe, avec un objectif affiché : atteindre un taux de 25 % des terres agricoles de l’UE sous le régime de l’agriculture biologique d’ici à 2030.

Le 25 mars, la Commission européenne a présenté son programme de soutien à la production, à la gestion et à la commercialisation des produits biologiques pour la période 2021 – 2027. Au total, la Commission européenne propose 23 actions visant à stimuler la demande intérieure et extérieure des produits bio ainsi qu’à encourager la transition des agriculteurs vers la production biologique et à limiter l’impact environnemental lié aux pratiques agricoles.

Le commissaire européen à l’Agriculture, le polonais Janusz Wojciechowski a déclaré qu’il était indispensable de renforcer la confiance des consommateurs dans les aliments biologiques grâce, entre autres, à une meilleure reconnaissance du label bio de l’UE.

Une attention particulière sera aussi portée au renforcement des chaînes de valeur dans le secteur agroalimentaire, afin de protéger la position des agriculteurs tout en garantissant la sécurité alimentaire en Europe.

Ce plan d’action s’inscrit au cœur des objectifs fixés dans le Plan vert européen et la stratégie « de la ferme à la fourchette », en particulier en ce qui concerne l’ambition d’atteindre au moins 25 % des surfaces agricole de l’UE consacrées à la production biologique d’ici à 2030.

Pour y parvenir, plusieurs instruments européens seront mobilisés. Dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC), le volet dédié au développement rural continuera à fournir un soutien financier à la production biologique. En plus, un apport financier supplémentaire sera mis à disposition par le biais des nouveaux « éco-régimes », une forme de primes versées aux agriculteurs mettant en place des pratiques plus durables, en lien avec les objectifs en matière d’environnement et de climat. En effet, les agriculteurs mettant en place les pratiques de l’agriculture biologique seront automatiquement considérés comme respectant les conditions nécessaires afin de bénéficier de ces primes. En outre, la Commission européenne consacrera au moins 30 % du budget agriculture, sylviculture et zones rurales du programme européen de recherche et d’innovation Horizon Europe à des sujets relatifs à l’agriculture bio.

Enfin, une « Journée de l’agriculture biologique » sera organisée chaque année à l’échelle de l’UE afin de sensibiliser le public à la production agricole respectueuse de l’environnement.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Une première stratégie européenne pour défendre les droits de l’enfant

Publié par Barbara Valganon le jeudi 1 avril 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

Une première stratégie européenne pour défendre les droits de l’enfant

Afin de protéger les enfants et garantir leurs droits fondamentaux, la Commission européenne prévoit plusieurs actions, dont la création d’une garantie pour protéger les enfants en risque d’exclusion sociale.

La Commission européenne vient de lancer une stratégie qui a pour objectif de promouvoir les droits des enfants en Europe et d’améliorer leur qualité de vie, en mettant l’accent sur la réduction des inégalités sociales et d’accès aux services de santé des enfants les plus vulnérables, ceux qui se trouvent dans une situation de pauvreté ou en risque de pauvreté. Selon les estimations de la Commission européenne, environ 22 % des enfants de moins de 18 ans dans l’UE vivent actuellement dans la pauvreté ou en risque d’exclusion sociale, soit près de 18 millions d’enfants.

Cette initiative s’inscrit dans le “socle européen des droits sociaux”, qui vise la diminution d’au moins 15 millions des personnes en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale au sein de notre continent d’ici 2030, dont au moins 5 millions d’enfants.

Les mesures inclues dans la stratégie reposent sur 6 grandes priorités et comprennent la création d’une plateforme européenne de participation des enfants, le renforcement du travail contre les contenus inappropriés ou abusifs sur internet ainsi que contre la pédopornographie en ligne, la sensibilisation des professionnels du secteur juridique aux droits de l’enfant ou encore la mise en place de systèmes de protection de l’enfance plus intégrés.

L’une des initiatives centrales de cette stratégie est la mise en place d’une garantie européenne pour l’enfance visant à assurer un accès aux soins de santé, aux services éducatifs, aux activités de loisirs et à une alimentation saine et équilibrée.

Une fois la stratégie adoptée, les Etats membres, en concertation avec les acteurs concernés, élaboreront des plans d’action nationaux de mise en œuvre . Des coordinateurs nationaux en charge de la défense des droits de l’enfance seront en outre désignés et des rapports sur les progrès dans la matière devront être présentés aux autorités européennes tous les deux ans.

En France, une stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance, présentée en octobre 2019, est en vigueur pour la période 2020 – 2022. Elle vise à garantir une égalité des chances et un même niveau de protection des enfants sur tout le territoire français.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Vers une Europe plus sociale : lancement du plan d’action en faveur de l’emploi et l’inclusion

Publié par Barbara Valganon le mardi 23 mars 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

Vers une Europe plus sociale : lancement du plan d’action en faveur de l’emploi et l’inclusion

Un plan d’action vient d’être lancé par la Commission européenne ce jeudi 4 mars pour renforcer les droits sociaux de tous les citoyens en Europe. Cette démarche met l’accent sur l’intégration au marché du travail, les compétences professionnelles et les droits des travailleurs .

Afin de combattre la pauvreté en Europe et de faciliter une relance économique plus juste et inclusive, ce plan d’action se donne trois objectifs à atteindre d’ici 2030 : un taux minimum de 78% des personnes de 20 à 64 ans ayant un emploi ; la participation annuelle à des formations pour au moins 60% des adultes en Europe ; la diminution d’au moins 15 millions des personnes en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale au sein de notre continent. 

Ce plan d’action vise à renforcer la mise en œuvre du pilier européen des droits sociaux, présenté lors du sommet social de Göteborg (Suède) en novembre 2017, reposant sur 20 principes essentiels en matière d’emploi, des compétences et de protection sociale dans l’Union européenne.  

Parmi les principales mesures présentées figurent  

  • La création au cours de l’année d’une plateforme européenne pour lutter contre le sans-abrisme, la publication d’une initiative en faveur du logement abordable  
  • Un cadre sur les normes de protection des travailleurs, afin d’améliorer la santé et la sécurité sur les lieux de travail.  
  • Une Garantie pour l’enfance qui devrait aussi voir le jour en 2021, pour veiller à ce que tous les enfants en Europe aient un accès effectif à des services essentiels en matière de soins de santé et d’éducation.  

En outre, une nouvelle mesure visant à soutenir le marché européen du travail, durement touché par la crise du covid-19, est le Soutien Actif et Efficace à l’Emploi (EASEA, selon son acronyme anglais). Cet instrument permettra de fournir des orientations aux Etats membres afin de leur accompagner dans les transitions numérique et verte des différents secteurs professionnels. 

Un nouveau tableau de bord permettra également à la Commission européenne de suivre les progrès réalisés au sein des Etats membres dans le domaine de la formation des adultes, la pauvreté des enfants ou encore le niveau d’emploi des personnes handicapées, entre autres indicateurs. 

Enfin, le Sommet social de Porto en mai 2021 sera la prochaine étape pour continuer à avancer, au plus haut niveau politique, sur la mise en place d’une Europe plus sociale qui ne laisse personne de côté.  


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

La Commission européenne présente sa stratégie en faveur des personnes handicapées

Publié par Barbara Valganon le lundi 22 mars 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

La Commission européenne présente sa stratégie en faveur des personnes handicapées

Cette nouvelle stratégie, sur la période 2021 – 2030, vise une participation sociale active et plus d’égalité pour les personnes handicapées en Europe.

Afin d’améliorer la qualité de vie des personnes ayant un handicap et de lutter contre les obstacles existants dans leur accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi, aux activités de loisirs, ainsi qu’à leur participation à la vie politique, la Commission européenne vient de présenter ce mercredi 3 mars sa nouvelle stratégie européenne pour les neuf années à venir. 

Les mesures du plan d’action sont axées sur trois thèmes prioritaires : l’égalité des droits, l’accès à une vie autonome et la non-discrimination. La création d’un centre européen de ressources (« AccesibleEU ») d’ici 2022 devrait permettre d’accroître la cohérence des politiques publiques d’accessibilité et de partager des bonnes pratiques sur cette thématique. Afin de faciliter les déplacements des personnes handicapées et d’harmoniser la reconnaissance de leur statut au sein de l’Union européenne, une « carte européenne du handicap » devrait voir le jour d’ici fin 2023. Dans le domaine de l’insertion sur le marché du travail, les institutions européennes entendent coopérer avec les services publics de l’emploi des États membres et les organisations sociales pour améliorer l’employabilité des personnes handicapées. 

Dans le but de promouvoir les droits des personnes handicapées au niveau mondial, l’UE prévoit de mettre en place une plateforme européenne sur le handicap avant fin 2021 pour favoriser la coopération avec les Etats membres sur la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), qui a été signée tant part l’Union européenne que par ses Etats membres. 

Lors de la présentation de cette stratégie en faveur des personnes handicapées, la Vice-présidente de la Commission européenne chargée des Valeurs et de la Transparence Věra Jourová a indiqué que « malgré les progrès constatés ces dernières années, de nombreux obstacles subsistent pour les 87 millions de personnes qui, dans l’UE, souffrent d’une forme de handicap ». En effet, les personnes handicapées ont un risque plus élevé de pauvreté ou d’exclusion sociale (28,4 %) que les personnes sans aucune forme de handicap (18,4%), selon l’Eurobaromètre publié en mai 2019 sur la discrimination dans l’UE. 


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Nouveau programme de mobilité européenne pour les PME

Publié par Barbara Valganon le mardi 16 mars 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

Nouveau programme de mobilité européenne pour les PME

L’initiative « MobiliseSME » permettra aux personnes travaillant dans une petite ou moyenne entreprise d’effectuer un échange professionnel temporaire dans un autre pays européen.

Avec « MobiliseSME », des personnes travaillant dans une PME en Europe (34 pays concernés) pourront effectuer un échange temporaire (d’une durée comprise entre un et six mois) au sein d’une organisation située dans un autre pays européen, avec le soutien de financements européens. L’objectif du programme est de renforcer les compétences des travailleurs en Europe, stimulant ainsi l’internationalisation des entreprises au sein de l’Union européenne.

Dans le cadre du programme, des points de contact dans les Etats membres ont été officiellement désignés par la Commission européenne pour aider à établir des relations entre les PME de toute l’Europe intéressées par l’initiative. En France, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Nouvelle-Aquitaine est actuellement l’organisme chargé de cette mission.

Le projet « MobiliseSME » se déroulera sans interruption jusqu’à la mi-2022 et, pendant cette période, il n’y aura pas de date limite pour participer au programme. Il convient de noter que les personnes qui souhaitent effectuer un échange dans une entreprise d’un autre pays européen continueront à être employées par l’entreprise de départ pendant toute la durée de la mission. Les séjours seront partiellement financés par le programme, afin d’aider la personne et les organisations concernées par la mobilité. Le montant de cette aide financière dépendra du pays dans lequel le stage aura lieu.

Plus d’informations sur le programme « MobiliseSME » (en anglais) : https://mobilise-sme.eu/


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Journée internationale des droits des femmes – Le chemin de l’égalité en Europe

Publié par MEGESolene le lundi 8 mars 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

Journée internationale des droits des femmes – Le chemin de l’égalité en Europe

Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne

Article 23 – Égalité entre femmes et hommes

L’égalité entre les femmes et les hommes doit être assurée dans tous les domaines, y compris en matière d’emploi, de travail et de rémunération.

Etat des lieux et impacts de la pandémie

Si l’égalité hommes-femmes progresse, le chemin à parcourir est encore très long. Cette journée du 8 mars 2021 intervient dans le moment très particulier d’une pandémie mondiale. Celle-ci montre le rôle crucial des femmes, en première ligne dans la lutte contre le COVID-19 et ses effets. De nombreuses femmes exercent en effet des métiers essentiels par exemple dans le secteur de la santé ou les services sociaux.

Elles sont malheureusement aussi plus nombreuses à être impactées par les effets de la crise. La Commission, dans l’édition 2021 de son rapport sur l’égalité des genres dans l’UE, a mesuré les effets négatifs de la pandémie sur les femmes. Dans les principaux secteurs économiques touchés, les femmes sont majoritaires (hôtellerie, commerce, soins…). Aussi, des États membres dont la France ont observé une augmentation manifeste des violences domestiques depuis les premiers confinements.

Le Parlement européen s’est prononcé pour que « la Commission et les pays de l’UE allouent des ressources pour aider les femmes à affronter la crise, en particulier en matière d’emploi, de violence et de droit de la santé. »

Stratégie UE 2020-2025, objectifs européens et calendrier des textes à venir

L’égalité entre femmes et hommes est clairement affichée dans les droits fondamentaux de l’Union européenne qui ont la même valeur que les traités européens. Les objectifs de l’Union sont clairement affichés : Promouvoir une indépendance économique égale pour les hommes et les femmes, combler l’écart de rémunération, améliorer la parité dans la prise de décision, mettre fin aux violences sexistes et promouvoir l’égalité au-delà de l’UE.

Taux d’emploi, écart de salaires, accès à des responsabilités électives ou à des postes de décision, il y a encore une marge de progression importance à combler avant de parvenir à l’égalité. Pour progresser dans cette direction, l’Union européenne s’est dotée d’une stratégie pour l’égalité entre les hommes et les femmes 2020-2025, adoptée il y a un an. Elle est basée selon l’Union sur « une vision d’une Europe où les femmes et les hommes, les filles et les garçons, dans toute leur diversité, sont à l’abri de la violence et des stéréotypes et ont la possibilité de s’épanouir et de diriger » et se décline avec des plans d’actions.

Des propositions législatives pour avancer vers l’égalité

Le 4 mars 2021, la Commission européenne a publié une proposition de directive visant à garantir l’égalité de rémunération à travers des mesures de transparence salariale pour garantir l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes pour un travail égal.

Le Parlement européen souhaite que l’égalité des genres soit une priorité de la conférence sur l’avenir de l’Europe. Il réclame aussi un texte pour « prévenir et combattre toutes les formes de violence sexiste ».

La Commission européenne a pris des mesures pour encourager la participation des femmes au marché du travail. On retrouve également l’égalité entre femmes et hommes dans le plan d’action sur le socle européen des droits sociaux.

Certaines propositions sont néanmoins parfois freinées voire totalement bloquées : la proposition de directive proposée par la Commission européenne pour assurer un meilleur équilibre hommes-femmes parmi les administrateurs non exécutifs des sociétés cotées en bourse est toujours enlisée au Conseil suite à des réserves émises par un certain nombre d’Etats membres.

Sur le site du Parlement européen L’impact du Covid-19 sur les femmes (infographie)

Le site « Toute l’Europe » fait un point complet sur les droits des femmes en Europe : Egalité entre les femmes et les hommes : où en est-on dans l’Union européenne ?


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

La Commission européenne lance un débat sur le vieillissement en Europe

Publié par MEGESolene le lundi 1 février 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi

La Commission européenne lance un débat sur le vieillissement en Europe

Une consultation publique vient d’être ouverte pour collecter des avis et propositions afin de répondre aux défis démographiques au sein de l’UE.

Pour faire face aux défis posés par le vieillissement progressif de la population au sein de l’UE, la Commission européenne a présenté fin janvier un document d’analyse sur la forme d’un « livre vert ». Ce rapport expose les enjeux principaux au niveau économique et sociétal liés au changement démographique, en vue de l’élaboration ultérieure d’une politique européenne en la matière. Ainsi, ce document analyse les conséquences en matière d’apprentissage tout au long de la vie, de renforcement des systèmes de santé et de soins pour les seniors ou encore de promotion de modes de vie sains.

La première étape de ce débat prend la forme d’une consultation publique ouverte aux parties prenantes et aux citoyens qui souhaitent y participer. Sur la base des réponses reçues, la Commission européenne élaborera ensuite de nouvelles propositions politiques pour renforcer les mesures qui sont déjà mises en place au niveau national et régional.

La vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et de la Démographie Dubravka Šuica a déclaré lors de la présentation du livre vert qu’elle espère ouvrir un débat « sur les possibilités d’exploiter pleinement le potentiel d’une population vieillissante et les opportunités d’innovation qu’elle présente ».

 


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Appel à candidatures pour le programme des jeunes professionnels en délégation

Publié par MEGESolene le vendredi 8 janvier 2021

Agriculture, affaires sociales, emploi Économie, industrie, énergie Recherche, innovation, enseignement supérieur

Appel à candidatures pour le programme des jeunes professionnels en délégation

Le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) a fondé conjointement avec la Commission européenne un programme de stages de haut niveau : le programme des jeunes professionnels en délégation (JPD). Il représente une opportunité pour les jeunes professionnels des États membres de l’UE d’effectuer un stage de 12 mois renouvelable dans des délégations de l’UE du monde entier. Un appel est actuellement ouvert jusqu’au 31 janvier 2021. Pour le cycle actuel 2019-2021, 80 jeunes professionnels sont affectés dans différentes délégations au sein des services du SEAE ou de la Commission européenne.

Les jeunes répondant aux critères suivants sont invités à candidater :

  • Vous êtes ressortissant d’un des États membres de l’UE;
  • Vous êtes titulaires d’au moins un diplôme universitaire équivalant à un master dans un domaine ayant trait aux activités des délégations;
  • Vous possédez une excellente maîtrise de l’anglais et/ou du français; la connaissance d’autres langues est un atout;
  • Vous êtes vivement intéressés et motivés par un travail dans une délégation;
  • Facultatif : vous possédez une expérience professionnelle ou pratiquez une activité para-universitaires telles que le bénévolat ou la publication de travaux
  • Vous justifiez d’une expérience professionnelle maximale de quatre années, dont un an au maximum avec le SEAE, la Commission ou tout autre organe de l’UE et avez entre 22 et 35 ans.

Le SEAE et la Commission européenne financeront au minimum 2 postes de JPD pour la France pour le cycle 2021-2023 : 1 dans la section politique, presse et information (SEAE) et 1 dans les secteurs gestion de l’aide, commerce et économie (Commission).

Les candidatures doivent être déposées en ligne sur une plateforme dédiée, en format PDF. Retrouvez ici toutes les modalités de candidature.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Emploi : des compétences professionnelles adaptées aux besoins du marché

Publié par MEGESolene le jeudi 17 décembre 2020

Agriculture, affaires sociales, emploi

Emploi : des compétences professionnelles adaptées aux besoins du marché

Le Pacte pour les compétences se concentre sur 14 écosystèmes industriels prioritaires, identifiés comme essentiels pour la relance de l’Europe, et sur lesquels les partenariats entre acteurs publics et privés seront encouragés. 

Lancé officiellement en novembre, cette initiative a pour but de mobiliser tous les acteurs concernés pour faire face ensemble à la transformation du marché du travail et améliorer les compétences des travailleurs concernés par le biais de partenariats sectoriels entre autorités publiques, acteurs industriels et partenaires sociaux. Elle vise notamment à organiser une plateforme d’échange, un pôle de connaissance et un guichet d’information unique sur les leviers financiers disponibles au niveau européen, dont le FEDER et le FSE+, mais également Erasmus +.

Ce pacte pour les compétences concentrera son action sur les écosystèmes industriels stratégiques identifiés dans la nouvelle stratégie industrielle européenne, notamment ceux les plus durement touchés par la crise : la santé, la construction, l’automobile et le tourisme.

L’importance de la filière industrielle automobile dans notre Région est considérable : elle emploie plus de 87 000 salariés, répartis sur 700 sites tout au long de notre territoire. C’est pour cette raison que la Région Grand Est s’est récemment rapprochée du partenariat pour les compétences dans le secteur automobile, dont l’objectif est de créer un cadre opérationnel au niveau européen et d’organiser des formations pour 700 000 salariés dans les années à venir.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lancement de la première stratégie LGBTI+ européenne 2020 – 2025

Publié par MEGESolene le jeudi 17 décembre 2020

Agriculture, affaires sociales, emploi

Lancement de la première stratégie LGBTI+ européenne 2020 – 2025

La Commission européenne vient de présenter sa nouvelle stratégie en faveur des droits des personnes LGBTI+ et pour combattre les discriminations à leur encontre

La stratégie présentée début novembre par la Commission européenne pour les cinq prochaines années vise à garantir la sécurité de toutes les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI+), ainsi que leur pleine participation à la société. Chaque Etat membre est maintenant invité à élaborer son propre plan d’action – s’il n’en dispose pas déjà – pour s’attaquer aux discriminations existantes envers les personnes LGBTI+.

Les actions à mener doivent être axées sur quatre grands piliers : la lutte contre les discriminations, la protection contre les crimes de haine et les discours haineux à l’égard les personnes LGBTI+ (y compris sur internet), la protection des familles dites « arc-en-ciel » (des familles homoparentales ou dans lesquelles un parent se définit comme faisant partie de la communauté LGBTI+) et l’égalité des personnes LGBTI+ dans le monde (en renforçant l’engagement de l’UE en matière d’égalité des droits dans sa politique extérieure).

Pour permettre à tous les citoyens européens de jouir pleinement de leur liberté de circulation dans l’UE et renforcer leur sécurité juridique, cette nouvelle stratégie aborde de manière spécifique les difficultés des personnes LGBTI+ dans des contextes transfrontaliers. Sur ce sujet, la Commission européenne entend présenter une initiative législative sur la reconnaissance mutuelle de la parentalité au sein de l’UE. La reconnaissance mutuelle des partenaires de même genre des différents États membres doit également être abordée.

Selon une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, réalisée l’année dernière, les discriminations fondées sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle seraient en augmentation au sein de l’UE. Ainsi, 43% des personnes LGBT ont déclaré se sentir discriminées en 2019, contre 37% en 2012.

Au niveau national, la France a lancé en octobre un Plan pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ pour la période 2020-2023.


Lire la suite

Retour au blog Partager : Facebook Twitter